PETITES REMARQUES POUR ENTRER
DANS L'ANNEE 2004


Le mauvais Milosevic et le bon Sharon
Milosevic et Sharon ont une ressemblance : le but de leur vie est identique : créer un Etat de pureté ethnique (l'ethnicité étant définie par la globalité d'un peuple et de sa religion) en chassant d'un espace vital, défini selon des données historiques plus ou moins mythiques (là la Grande Serbie slave, ici le Grand Israël biblique), les descendants des envahisseurs plus ou moins séculaires, et qui se trouvent être ici et là musulmans. Pour y parvenir, le second emploie les mêmes crimes de guerre que le premier a employé.
Quelle est donc la différence qui fait que le premier est sur le banc du Tribunal pénal international de La Haye, malgré l'élection démocratique que vient de lui donner sa chère patrie, tandis que le second poursuit méthodiquement son activité criminelle avec les poignées de mains (longuement télévisées) de tous les chefs d'Etat et ministres des Affaires étrangères "démocratiques" de la planète ?
Moi, je ne sais pas. Et j'attends que mes lecteurs m'expliquent. Il doit y avoir un malentendu quelque part, et qu'il faut dissiper afin que, soit l'on relâche Milosevic avec des excuses et qu'on lui donne les mêmes moyens que Sharon de reconquérir le Kosovo et la Bosnie, soit l'on écrase de bombes Israël pour arriver à envoyer Sharon à La Haye.
Sinon on devrait conclure que les immenses penseurs à l'honnêteté incontestable qui dirigent le monde… se foutent dedans, ou de nous, ce qui est impensable !


L'affaire du voile mondialement levée.
Pour ceux qui pensaient que l'affaire du voile était un petit problème franco-français, voire — selon certains plaisantins, plus ou moins anarchisants —, un truc de politiciens pour détourner l'attention de sujets plus importants, espérons que la mondialisation du problème les prêtera à réfléchir. Car... que les mollahs irakiens qui, comme chacun sait, ont pour premier sujet de préoccupation le "propre choix" des filles Lévy & C°, appellent au boycott des produits français si une loi passe ici qui interdit ledit voile à l'école, au même titre que les autres signes religieux ; et que les femmes islamistes de Turquie — pays qui, grâce à Mustapha Kémal, était jusqu'ici resté un des rarissimes pays musulmans laïcs — exigent que soit imposé le voile islamique à l'école, où il est interdit (eh oui !), et qu'elles ajoutent, en petit supplément, qu'il faut revenir à la charia dans le pays, voilà qui nous paraît confirmer que l'on a bien affaire à une offensive islamiste générale.
Que celle-ci ait un rapport avec le versant musulman de la Guerre des Monstres, cela semble en effet devenir évident. Il s'agirait pour les courants les plus réactionnaires de l'Islam d'entraîner jusqu'aux musulmans les plus modérés, afin de mettre tout le monde dans le bain de la guerre mondiale.
Et il y a une base pour ça ! La manif des "voilées" était instructive à cet égard. D'un côté, leurs mots d'ordre, dont il était évident qu'elles ne les avaient pas inventés toutes seules, trop bien politiquement ciblés ainsi que les voiles tricolores (le Coran plus la Marseillaise), de l'autre les mecs, en rangs muets : protection-surveillance ! Une vraie symbolique image de la femme manipulée !
Je me dois de vous signaler (avec un retard de lecture dont je présente les plus grandes excuses à l'auteure) Dans l'enfer des tournantes, de Samira Bellil. Ce livre terrible, bouleversant, au-delà d'un phénomène social effrayant, autant dans ses manifestations que dans les carences misérables de son traitement politique et juridique, en montre une des plus grosse racine : "une culture où la femme est traitée comme un chien." Par un vrai miracle, Samira Bellil est sortie de cet enfer et est maintenant du mouvement "Ni putes ni soumises". Mais combien d'autres n'ont connu, ne connaissent le "miracle" d'une telle libération ? Or le voile, c'est l'acceptation de la soumission à l'ordre de la culture pour qui la femme n'est qu'une espèce de chien !

Que vaut la carte Saddam de Bush ?
Avec le scoop de la prise de Saddam, tous les "observateurs bien informés" nous ont expliqué que la réélection de Bush était dans le sac. Etant donné le sous-développement mental de la majorité bruyante étatsunienne, les sondages qui ont immédiatement suivi la capture de la "carte n°1" ont confirmé le pronostic.
Mais croire que la capture du Saddam signifiait la fin du deuxième acte de la guerre d'Irak, ça, c'était une illusion. Et de là à l'élection de la fin de l'année qui commence, un autre facteur va jouer quant à ladite élection : le nombre de morts US sur le terrain. Bien que ce nombre d'un peu plus de 200, en route vers les 300, soit dérisoire par rapport à ceux des Irakiens et des victimes des autres guerres en cours, le pays de la "guerre sans mort" les voit comme un scandale inacceptable.
Je vous fais donc le pari que la capture de l'injugeable Saddam passera bientôt aux profits et pertes, et que les demandes de comptes pour ceux qui étaient envoyés là, non pour mourir, mais pour être des libérateurs couronnés de fleurs, ont des chances de faire pencher la balance contre le Représentant sur la Terre du Dieu de Colère et des Compagnies pétrolières.
Triste monde où l'on ne peut compter que sur des guerriers kamikazes comme seule chance de voir renverser un empereur capitaliste, imbécile et terroriste !
Mais c'est ainsi qu'il en va de tous les terrorismes, ainsi que nous, marxistes, n'avons jamais cessé de l'expliquer, à savoir qu'ils atteignent toujours, stupidement, le contraire de ce qu'ils voulaient atteindre : les kamikazes sunnites risquent bien de contribuer à la venue d'un Etat islamique chiite ; et le terrorisme d'Etat bushien débouche... sur l'extension mondiale de l'organisation de Ben Laden (au point qu'on voit les Super Puissances crever de trouille verte d'attentats qui peuvent les frapper n'importe où).

Le plus beau cadeau français de Nouvel An :
180 OOO chômeurs en moins !

Oui ! C'est vrai, il y a un bémol ! Ce n'est pas qu'ils ont retrouvé du travail, mais seulement qu'on les a virés des listes et des allocations qui vont avec. Mais, n'est-ce pas, c'est le produit de la "réforme" gagnée contre la Rue, entre printemps et été, et dûment validée par… les "Partenaires Sociaux" (dixit les merdias).
Qui c'est ceux-là qui sont tellement pudiques que l'on nous cache leurs noms, nous empêchant ainsi de les féliciter et de les adorer. Mais c'est le providentiel MEDEF, et ses nobles syndicats cireurs de bottes, la CFDT, la CFTC, la CGC. Voilà les courageux qui ont sauvé les ASSEDIC !
(Nota et non Notat : le PS parisien avait d'avance remercié la CFDT de ladite politique courageuse : les syndicats de la Ville de Paris ayant, en assemblée générale, à une considérable majorité, décidé leur rupture avec la CFDT, la Ville de M. Delanoé a, elle aussi courageusement, soutenu la Confédération contre ces syndiqués indignes, et a privés leurs délégués de leurs mandats électifs, de leurs locaux, et les a renvoyés à la recherche individuelle d'un de ces syndicats de la Rue, qui n'ont pas droit au nom de "Partenaires sociaux". On peut être de l'Opposition — de Sa Majesté — et respecter les Institutions.)

1er janvier 2004