15 août 2004

Petites nouvelles du temps
de vacances



Vœu pour les Jeux Olympiques :
Que la meilleure dope gagne
!

Et petite remarque : Nous apprenons que rien que la sécurité des Jeux a coûté un milliard de $. Bravo ! Faut ce qu'il faut. Et l'on comprend qu'après une telle nécessité, il ne reste que de pauvres petits millions pour parer au génocide du Darfour ! On s'en occupera après les Jeux. D'ailleurs, en attendant, le gouvernement du Soudan a envoyé ses soldats de police pour s'opposer à ses paramilitaires. Donc, pas de soucis à se faire !



Référendum au Venezuela

Tous nos médias sont unanimes, en chœur avec les politiques, à espérer la défaite du DICTATEUR Chavez. Pensez ! Jenny Mendoza, militante de la Coordination démocratique le démasque : "Chavez est remonté dans les sondages parce qu'il ACHÈTE les pauvres à coups de pétrole". Ce salaud profite de la hausse des prix du brut — dont le Venezuela est le cinquième exportateur mondial —, pour financer d'ambitieux programmes sociaux, et cela — il ose vraiment tout — en appelant des médecins et des alphabétiseurs cubains. Imagine-t-on cela dans tous les pays producteurs ? Les fins légitimes de l'argent du pétrole ne doivent-il pas être l'enrichissement des actionnaires d'abord, qui, au Venezuela, aurait pu permettre de payer plus de manifestants de la démocratie, ceux qui doivent permettre le retour au pouvoir d'une vraie démocratie CIA… comme en Iraq !

Et, oui ! A propos, l'Iraq !

En Iraq, on ne gaspille pas le fric du pétrole. Moins de 3,3% des fonds américains [américains ?] votés ont été consacrés à la reconstruction de l'Iraq. Voilà le bon usage de la reconversion des profits pétroliers. On ne va pas les donner aux Irakiens pour qu'il élisent un Chavez musulman ? Non ! Tout pour la sécurité (oui ! oui !) et la lutte contre le terrorisme.
Et n'allez pas croire les mauvaises langues qui disent que c'est Bush et C° qui s'en prennent aux 60% shiites du pays. Non ! et NON ! C'est le nouveau gouvernement intérimaire, aussi parfaitement légitime que la CIA ait pu en trouver, qui a appelé à son secours les marines étatsuniennes. D'ailleurs Moqtada Al-Sadr est un isolé qui ne représente pas la communauté shiite. Si plus de la moitié du pays est en flamme, ce n'est qu'un malentendu qui va être réglé dans les plus brefs délais. Vous pouvez en être sûrs ! Quant à cette affaire de ville sainte de Nadjaf et de sa mosquée d'Ali, vous n'allez tout de même pas comparer ces bougnouleries avec Lourdes ?

Ah ! J'ai failli oublier Lourdes !

Nos évêques ont bien raison. Notre République est bien trop laïque. Il était temps que son président et sa sainte femme aillent se confesser auprès du pape qui daigne se déplacer en notre sainte ville de Lourdes, où l'on ne compte plus les miracles. Nous en espérons de nombreux à l'occasion de cette visite. Et que ce soit l'occasion pour remettre de l'ordre moral dans cette perverse France, espèce de Sodome et Gomorrhe. Le Monde du 14 août nous a appris qu'entre "Jean Paul II et Marie [c'est] l'histoire d'une passion". Platonique, bien entendu, puisque la Marie en question est restée vierge. Et cela en exemple pour tous ces damnés que le sida punit de leur luxure !
Par ailleurs, il y a le contentieux avec cette Europe dont le projet de Constitution n'affirme pas nettement le passé chrétien. Dans le même numéro du Monde, un cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, ne s'aperçoit pas qu'il contredit à l'exclusivité revendiquée du passé chrétien de l'Europe, en disant : "C'est une histoire ancienne, antérieure à la séparation et même à la Révolution. Dans sa tradition, la France a toujours eu Jeanne d'Arc — "Dieu premier servi" — [il oublie condamnée au feu par la sainte Eglise], mais aussi Voltaire — Écrasons l'infâme." Et oui ! Il a raison le cardinal. L'Europe c'est aussi — d'abord — les Lumières et la Révolution qui ne se sont pas levées seulement contre les féodalités et les monarchies, mais en même temps contre leur pilier unifiant, les religions chrétiennes; avec leurs guerres et leur terrorisme. Sans les Lumières et la Révolution, l'idée d'Europe unifiée n'aurait même pas été possible, ni avec la religion les idées de "liberté, égalité, fraternité".
Le cardinal en question fait également un amalgame dans le refus de la référence à la chrétienté de l'Europe, entre l'exigence de laïcité et le refus de l'entrée en son sein de la Turquie. Ce refus là est celui de la droite chrétienne. Les réserves de la gauche (laïque) à une telle entrée ne tiennent pas à l'Islam, mais aux déficits de démocratie de la Turquie : la domination du régime par l'armée (aux ordres des USA via l'OTAN), la prison pour crime de pensée, la torture dans lesdites prisons, et surtout la répression génocidaire des Kurdes et le refus de la constitution d'un Kurdistan. (Il est vrai que nous avons déjà au sein de l'Europe des problèmes similaires à ce dernier avec l'Irlande du Nord et le Pays Basque. Mais est-ce une raison pour en ajouter un autre, et pire par le nombre des morts ?)