8 février 2006 

Bilan de l’année 2005

       Le voici ce Bilan que vous attendiez tant  ! Il sera succinct parce que tout de conclusions dégagées des confusions volontaires ou inconscientes. Nous partirons de notre petite France pour arriver au niveau mondial, en passant par “leur” Europe.

France d’En-Bas contre France d’En-Haut.
       Cette opposition est déjà un bilan. Cette année restera comme celle où l’opposition des classes travailleuses aux politiciens des classes du profit aura abouti à une première victoire, celle du rejet de la Constitution-prison européenne, levant un drapeau, saisi par les Hollandais par un même vote, et provoquant une première levée en Allemagne et projetant des graines qui vont lever dans tout le reste de l’Europe.
       C’est cette victoire qui provoque en même temps le pessimisme noir et la rage de tous les dominants de la réaction. À vrai dire, ses politiciens, ses journalistes et ses idéologues tentent de rejeter la morosité de leurs échecs et de la résistance qu’ils rencontrent sur le peuple dont l’humeur noire est celle de la colère. Et, par effet boomerang, cela leur revient dans la gueule et s’étale dans toutes leurs manifestations écrites et télévisuelles.
       Ils ont tout de même vu leurs profits augmenter cette année, mais cela ne les empêche pas de ne pas avoir confiance en leur avenir. Et, du coup, ils se dépêchent de profiter du pouvoir qu’ils tiennent pour bétonner le front de classe. D’un côté accélérer les “contre-réformes”  :supprimer les 35 heures en supprimant du même coup toute limite au temps de travail légal  ; supprimer le code du travail par de multiples mesures légalisant la précarité. Et comme ces mesures sont celles qui étaient prévues par la Constitution battue, ligoter par avance une opposition social-libérale qui disait “oui” à cette Constitution pour le cas où elle parviendrait à leur succéder De l’autre porter à un niveau maximum le climat d’insécurité de la “lutte contre le terrorisme”, en entretenant les confusions islamisme/banlieues incontrôlables/gauchisme. Là, la collaboration est admirable d’un Sarkozy, jetant activement les bases d’un régime totalement policier, et des “intellectuels” à la Finkielkraut/Taguieff dont la gauche rose pâle tremble de dénoncer les éructations racistes et sionistes.
       Tous les espoirs de la droite sont dans cette politique appelée à resserrer ses rangs, des lepennistes déçus aux petits rentiers tremblotants de l’européisme, pour l’affrontement électoral de 2007.
       Tout cela ne pèserait pourtant pas lourd face au peuple en colère si… la gauche du “Non” faisait bloc sans fissures. Mais nous avons vu dans nos précédents numéros que la conscience des enjeux de l’histoire était faible dans nombre de cerveaux de décideurs de ses représentants politiques. Dans les organisations pèse lourdement le poids du passé et les médiocres petits intérêts électoraux. La confiance en la force et la conscience populaires manque à beaucoup de politiciens. La tentation qui se dessine chez nombre des anciens participants de la “Gauche plurielle” d’en faire une mouture un peu corrigée se développe sur la base de calculs électoraux qui ne pourraient qu’aboutir, au pire à un second 21 avril, au mieux au “blairisme” proclamé de la candidate socialiste favorite !
       2006 effacera-t-il notre victoire de 2005, ou en sera-il digne en préparant la victoire de 2007 ?

Misérables misères de l’Europe en crise.
       Leur Constitution bloquée par le Non de la France et des Pays-Bas, les Eurocrates s’efforcent d’en réaliser tout de même des morceaux, un par un. Telle est, la “directive Bolkestein”, machine de guerre contre tous les droits du travail, destinée à les unifier à terme par le bas. Mais sans Constitution, voilà nos agents du Capital obligés d’affronter une opposition populaire, également au coup par coup.
       Par ailleurs, leurs divisions sur la base de leurs intérêts économiques et financiers nationaux ne cessent de se manifester. Pendant toute la durée de sa présidence, Blair (qui dirigeait l’Europe, en tant que représentant d’un pays qui n’a pas l’euro comme monnaie !!), s’est battu comme un chiffonnier pour la sauvegarde d’un privilège financier scandaleux, mais au nom de la prolongation, exigée par le non moins chiffonnier Chirac, d’un autre privilège, celui-là accordé à l’industrie agraire de France. À l’autre bout du puzzle, les nouveaux pays adhérents pleurent le fric qui les a poussés à entrer dans le bloc des riches, sans vouloir comprendre qu’on les y a fait entrer pour l’exploitation de leur pauvreté et le plus grand profit des capitalistes de l’Ouest. En attendant, leur capacité de nuisance se manifeste sur tous les plans, et a eu comme premier aboutissement l’élection d’un pouvoir d’extrême droite en Pologne.
       Belle Europe  !Et belle esquisse de ce qu’aurait donné la réalisation de la Constitution… qu’Angela Merkel et Barrosso sont bien déterminés à remettre sur les rails.
       Au niveau de l’Europe, le bilan est négatif à tous points de vue. La perspective de 2006 doit être d’étendre et de consolider dans des actions populaires coordonnées, massives, l’opposition de la "Gauche pour une autre Europe".

Et comment tourne le Monde, Monsieur ?
       Mal d’un côté, bien de l’autre.
       Le monde impérialiste va mal, très mal même. Heureusement  !La poussière de l’Irak menace d’être pire que la boue du Vietnam pour le Super Grand. Bien que Bush soit prêt à y sacrifier jusqu’au dernier de ses marines pour y rester  ; bien qu’il ait réussi à faire se courber ses “alliés” devant le droit de torturer les “terroristes”, de garder des prisonniers innocents mais hors-droit à Guantanamo, et son même droit à avoir des prisons secrètes de sa CIA, également hors-droit, n’importe où dans le monde, y compris chez ses chers dits alliés, sa réélection est compromise par son discrédit grandissant dans son peuple qui apprend en plus la corruption de tout son entourage. Il lui faudrait pour être réélu un gros progrès de ses machines à voter. Mais quoi qu’il en soit, l’enlisement en Irak (et en Afghanistan pour la bonne bush), l’empêche d’ouvrir les nouveaux fronts de ses désirs en Iran et en Syrie.
       Et en plus le voilà privé de son cher Sharogne, au moment où celui-ci récoltait les fruits de son terrorisme  :la victoire du Hamas  !Comme disent nos journalistes  : “Le processus de paix (des cimetières) est mal barré ”.
       Et l’Iran donc ? Là aussi, la dialectique (qu’ils ignorent, les pauvres ! ) leur a joué un tour. Et que peuvent-ils faire contre ce pays ? Rien  !La sage proposition d’un désarmement nucléaire de tout le Proche-Orient s’impose comme de pure logique. Oui, mais…
       Et autre effet dialectique inattendu de ces pauvres hommes, pourtant économistes géniaux, c'est la victoire du capitalisme en Chine, qui est en train de transformer ce pays en puissance économique dominante. Et l’Inde est sur la même route. La Russie a un peu de retard. Mais, patience  ! L’accumulation primitive, avec des populations à niveau de vie archi-bas, est capable de records qui vont menacer l’ordre des puissances dans le Monde. S’ils se mettent à lire Marx, ils s’apercevront qu’il n’y a pas de solution pour le Capital.
       Et d’autant plus que la révolution, dans sa permanence tenace, revient, par des voies nouvelles. L’Amérique latine mérite d’être saluée comme le continent le plus méritant du monde de 2005. Nous ne pouvons qu’ajouter à ce que nous avons dit dans le précédent numéro de notre journal, l’explosion de haine contre Chavez du ministre pétrolier yankee Dick Chesney  :il compare Chavez à… Hitler. Pourquoi ? Parce que s'il a été élu démocratiquement, Hitler l'a été aussi. Voilà bien un argument nouveau de gens qui ne sont que des élus de minorités d’électeurs (plus les machines à voter). Il va falloir supprimer les élections pour sauver la démocratie. Mais l’insulte idiote est venimeuse, dessous il y a la menace de l'intervention militaire. Dès maintenant, nous devons être vigilants..

30 janvier 2006


Le Journal intempestif est heureux
de vous rappeler la parution de


LE TROTSKISME
UNE HISTOIRE SANS FARD

De son rédacteur
Michel Lequenne
Editions Syllepse - 24 Euros