19 avril 2007

Le grand silence de politique étrangère
des Challengers

Nous avons vu hier qu'en fait de politique étrangère, Le Monde s'est bien gardé de parler de ce qui en est actuellement la clef, plus encore que l'Irak même, à savoir la Palestine. À l'égard de la politique coloniale criminelle d'Israël contre le peuple palestinien, l'Europe suit les USA comme un chien couchant, et la France l'Europe. Sur ce plan, impossible de voir une différence entre Sarkozy, Bayrou et Ségolène : tous à plat ventre devant le CRIF et le lobby sioniste ! C'est donc un terrain sur lequel nous aurons à lutter sérieusement, quel que soit l'élu, avec Bové, lui le plus déterminé champion de la cause palestinienne !

Dernières nouvelles de
Palestine

 

Il y a déjà plusieurs semaines que les médias recommencent à nous informer de l'imminence de "pourparlers" pour la paix entre les autorités palestiniennes et israéliennes : précisément depuis la conférence de Ryad tenue en mars dernier entre les pays arabes. Mais n'était-elle pas prévue à l'origine en 2002, et depuis cette date a-t-on cessé de parler périodiquement d'ouvertures ou de commencement de ces pourparlers ? Comme d'habitude, ce ne sont que des mots creux qui arrivent à nos oreilles blasées.

Mais, pour commencer, qu'attendent les autorités européennes (la saint Glinglin ?) pour redonner aux Palestiniens les fonds coupés depuis treize mois, tandis que les Israéliens ne disent pas un seul mot sur les fonds, issus des taxes perçues par Israël et qui doivent revenir aux Palestiniens (50 millions de dollars mensuels bloqués depuis janvier 2006) ? Tout semble tourner autour de la libération du soldat Shalit ! Elle coûterait pourtant peu à Israël ! Seulement la libération de 500 ou 1 000 prisonniers palestiniens sur les environ 11 000 internés en Israël, qui vivent dans des conditions particulièrement difficiles, et parmi lesquels une quarantaine de députés, et des dizaines de prisonniers qui sont dans les geôles israéliennes depuis plus de 25 ans (ce qui représenterait, à l'échelle de la population française, environ 150 000 prisonniers politiques).

Et pendant qu'on parle de paix, essentiellement d'ailleurs avec le seul Mahmoud Abbas, le baiser de la mort d'Ehud Olmert continue ! Sur le terrain palestinien les Israéliens continuent leurs opérations terroristes. Et en Israël même, le (ou la) Shabbak, la DST israélienne, distille son venin contre les Arabes israéliens, et notamment contre Azmir Bishara, député arabe en Israël qui se voit accusé d’être à la solde des Palestiniens et qui est menacé d'extradition ! On sait — ou plutôt on devrait savoir en France et partout dans le monde — que les citoyens arabes en Israël sont des citoyens de seconde zone : ils doivent en particulier, pour pouvoir être députés reconnaître le caractère "juif" de l'État israélien. Aucun citoyen arabe n'a le droit de faire son service militaire, ce qui les prive de bon nombre d'emplois salariés liés à cette condition ; les citoyens arabes ne peuvent pas posséder de biens immobiliers (terres et maisons), et enfin ils n'ont tout simplement pas accès à un certain nombre de fonctions. Il s'agit donc bien d'un État d'apartheid, exigeant la "pureté ethnique".

Au fond de cette politique monstrueuse, il y a certainement le fait que les Israéliens sont obnubilés par l'accroissement démographique plus fort chez les Arabes que chez les Juifs, et que cela imposera un jour l'arrêt des mesures coloniales et racistes en Israël ! D'autant plus que depuis un certain temps, le solde des arrivées de Juifs en Israël est négatif par rapport aux départs.

Jean Baumgarten


Réflexions du télaidphage passif – 8

 

USA - A l'université de Blacksburg, un étudiant d'origine sud-coréenne tue 32 personnes, étudiants et professeurs, et devient ainsi le champion de cette spécialité yankee. Bien entendu cela ne remettra pas en cause le droit constitutionnel de tout citoyen américain de posséder les armes de son choix. Le lobby des marchands d'armes est un des plus puissants des Etats-Unis. Il arrose copieusement les deux grands partis pour qu'ils maintiennent ce droit inscrit en lettres d'or dans la Constitution des cow-boys qui, comme l'on sait, est la plus démocratique du monde. Comment donc éviter que tel ou tel libre citoyen décide au jour de descendre des gens dont la gueule ne lui revient pas ? Je ne vois d'autre solution que de rendre l'armement individuel obligatoire pour les deux sexes. Si tel avait été le cas, il est certain qu'après un, ou au pire deux étudiants descendus par le premier tireur, il aurait été lui-même abattu, comme dans les westerns. Mais chez nous (et en Europe), où la (les) Constitution (s) ne permet (tent) pas de se balader avec les armes de son choix, ne pourrait-on pas décider que toute industrie des armes de guerre doit être nationalisée et son commerce interdit ? Mais peut-être avons nous aussi des lobbies pour cette spécialité qui, à défaut de nous les vendre chez le quincaillier, ont de bons clients chez les chefs de guerre et présidents du Tiers-monde, sans compter toutes sortes d'organisations qui en ont besoin pour leurs activités privées ?



Le Journal intempestif est heureux
de vous rappeler la parution de


LE TROTSKISME
UNE HISTOIRE SANS FARD

De son rédacteur
Michel Lequenne
Editions Syllepse - 24 Euros